• Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°25

     

    DEBUT

    " LES NOUVELLES SONT MAUVAISES "   Acrylique huile sur papier   70X50 

    " Alors, que faisons-nous ? Tu lis, où on va se balader, manifester, gueuler, boire un coup, au musée, à la bibliothèque, au théâtre, faire du sport, travailler... se recoucher... ?

    " Attends, il y a la, un article intéressant sur la vie et ça devient rare..., mais avant tu peux foutre en l'air toutes les radios et tv d'infos continues, ça nous laissera du temps pour faire tout ce que tu viens d'énumérer, sauf le travail et le sport en ce qui me concerne, bien-sûr...! "

    La chanson: Stéphan Eicher "Déjeuner en paix"


    10 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°24

     

    DEBUT

    " 1er Mai, fleur d'églantier, pour Rosa Luxembourg " Acrylique sur papier 70X50 

    Rosa LUXEMBOURG est née il y a 150 ans en 1871. Elle est assassinée par des militaires à Berlin en 1919.

    A cette époque (vers 1890) le symbole des travailleurs était un triangle rouge qu'ils arboraient sur leur poitrine symbolisant les 3 huit: 8 heures de travail, 8 heures de repos, 8 heures de loisir. 

    Dans le nord de la France, après le drame de Fourmie en 1891 l'églantine rouge supplante le triangle à la boutonnière des ouvriers. Mais au début du XXème siècle le muguet fleurit dans les défilés et on parle  du "mariage du muguet et de l'églantine". 

    Mais, Vichy et Pétain suppriment l'églantine, trop rouge et révolutionnaire et il ne reste que le muguet ( fleur de la vierge Marie ... glops... ) et la fête des travailleurs devient "la fête du travail"... re glops...!

    Personnellement j'aimerais qu'on revienne à l'églantine, et qu'on commémore Rosa... et les travailleurs américains condamnés à mort en 1886 et qui sont à l'origine de ce 1er Mai que les travailleurs du monde entier doivent avoir en mémoire.

    Apprenons et souvenons nous de l'histoire... 

     


    12 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°23

     

    DEBUT

    " L' HEURE DE LA SOUPE..."  acrylique, sable, huile sur carton toilé  65X54  

    " Demain ce sera dimanche. Elle me fera une crème au chocolat pour le dessert. Elle la posera sur le rebord de la fenêtre avant le déjeuner. Notre fenêtre au 3ème qui donne sur une petite cour pavée entourée d'autres logements est presque toujours à l'ombre même les jours ensoleillés d'été. C'est pratique pour que les crèmes au chocolat soient onctueuses ..."

    La chanson: " Abel Caïn mon fils "  Anne Sylvestre

     


    16 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°22

     

    DEBUT

    " LES COMMUNARDS, dans ma mémoire, pour toujours". Acrylique, huile sur carton toilé sablé 65X54

     

    Aux Communards de Paris, Lyon, Marseille, Saint Etienne, Toulouse, Narbonne...

    Sur la colline de Montmartre les versaillais, monarchistes, républicains bourgeois et curés ont érigé ce monument.

    Mac Mahon, Thiers, et d'autres, vous ont massacré pendant la semaine sanglante, alors que vous étiez et serez pour toujours le socle d'une société libre et fraternelle. Vous avez inventé l'égalité entre hommes et femmes de toutes origines. 

    Sur votre première affiche on pouvait lire:

    " Citoyens, ne perdez pas de vue que les femmes et les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisissez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus. Les uns ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables"

    Alors ils ont préféré vous tuer...

    C' est pourquoi pour moi, cette église, ou basilique comme on voudra, que je ne nomme pas car innommable et infame, insulte la mémoire 

    des COMMUNARDS DE 1871

    Elle fut construite sur leur sang et en a dans mon esprit la couleur.

    La chanson: " La semaine sanglante " Serge Utgé-Royo  Contrechants de ma mémoire

     


    14 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°21

     

    DEBUT

    " LES GENS..."  Huile, sable sur toile  73X60

     

    Les gens... J'aimais cette époque, quand on parlait au bar tabac du coin de tout et de rien, le tout était aussi important que le rien et le rien voulait tout dire.. 

    Les troquets disparaissent les uns après les autres comme les usines après que les PDG se soient bien engraissés. Donc plus d'usines, plus de troquets et plus de prolos en bleu de chauffe ou en cravate... Et il y en a qui trouvent ça bien car les prolos dans les troquets ça discute et discuter et réfléchir c'est vraiment pas bon...

    La chanson: "RICHARD" de et par Léo Ferré


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique