• " CARAMBOLE "   huile sur toile 73X60

               Après une manif contre les fachos (oui, ils sont toujours là, à l'affut, s'agrippant à la première élection ...), rien de tel qu'un bon billard...! Mais les billards à trois billes sont de plus en plus rares. Pourtant, au coeur de Belleville, dans une petite rue, un petit troquet avec une affichette sur la vitrine: " ICI BILLARD CARAMBOLE". " sauvé, me dis-je, la nostalgie vient à mon secours..."  J'entre... J'observe les deux joueurs analysant la géométrie formées par les trois billes sur l'impeccable tapis vert. A côté de moi, affalé sur le comptoir, un homme parlait tout seul. Le patron me regarda d'un air désolé en me disant qu'il avait essayé de le faire taire, sans succès...! Il ne me gênait pas, il faisait partie du décor...!

          - " J'suis énervé dit l'homme en me regardant. Les "gens" sont intelligents et pourtant ils ont besoin d'un guide, d'un président, d'un "Môssieu en cravate" , d'un chef...! Il promettra moins d'impôt à untel pour son commerce s'il vote à droite, idem pour le catho qui souhaite que son "pays" retrouve ses origines,  il dira à l'autre de voter à gauche pour faire payer les patrons et à une autre à l'extrême droite pour les mêmes raisons mais avec en plus la fermeture des frontières... " Entre deux "hic" il rajoute: "Et il y a ceux à qui l'on dit qu'il y a trop de fonctionnaires: " faut faire des économies..." des économies sur quoi, les bénéfices des banquiers qui s'en mettent plein leurs poches...? Et moi et moi et moi...? qui pense à moi ...? Moi qui n'ai pas de dieu, qui veut des gens de toutes les couleurs sur les boule "hic" vards, moi qui ne jette la pierre sur "hic" personne (sauf des pavés...), moi qui pense que l'écologie est incompatible avec le capital mais qu'il est capital d'être écologique "hic", moi pour qui le temps  n'est pas de l'argent car l'argent a fait son temps, moi qui pense que ta piscine "hic" est une citerne à diluer tes mots si ternes...  Bref moi qui pense que tu penses "hic" qu'à ta gueule en mettant ton bulletin dans l'urne..." 

         Encore un humaniste perdu dans les profondeurs de la ville tentaculaire pensais-je et il n'est pas le seul...! Son discours (intéressant au demeurant...) m'avait détourné de l'objet qui m'avait attiré dans ce bistrot: la carambole ! Je laissais donc mon "philosophe" et m'approchais des deux joueurs. Leur partie se terminait et l'un d'eux ajustait sa "canne" afin de marquer le 300 ème point, 300 ème carambole qui le déclarera vainqueur...! Encore dans mes pensées je lui proposais une partie en 400 coups au lieu des 300 réglementaires...! Son regard d'incompréhension me fit abandonner mon "projet" , "le règlement c'est le règlement " semblait-il me dire " même pour une partie de carambole ..."     Je me dis alors qu'on était loin de la proposition de mon philosophe de comptoir en ce qui concerne la suppression du " Maitre de l'état "...!


    5 commentaires
  • GILLES SERVAT

     

     

           Dans la rue il y a des gens, des gens qui rentrent chez eux, des gens qui sortent de chez eux, il y en a qui sifflent en marchant lentement tenant à la main un enfant, un enfant qui s'amuse à la vitrine du marchand. Dans la rue des gens vont vite, on les attend au bout de cette rue dans un bureau accueillant, et ceux qui vont à l'usine en reculant... Dans la rue les gens vont se bousculant, s'ignorant et s'excusant à peine, il faut aller vite dans la rue, leur vie en dépend...! Dans ma ville il y a des rues et leurs noms sur des plans, mais pas le nom des gens pourtant j'en connais un, j'en connais deux, j'en connais cent et eux en connaissent un, en connaissent deux, en connaissent cent...! Dans ma rue il y a des fantômes et pourtant en les croisant les gens passent en s'écartant: ils sont étranges les gens dans la rue mais peut-être n'existent ils pas ...? Il n'y a qu'elle, pas une passante, mais une migrante...!

     

        La chanson illustrant ma peinture et mes "mots" a été écrite et interprétée  par Gilles Servat en 1982... C'est vrai, c'est vieux 35ans, "beaucoup de problèmes sont résolus"...! Et bien non, je ne crois pas.  Remplacez les noms et les lieux ( par exemple à la place de Plogoff mettez Notre Dame des Landes, ou Sivens, pour Reagan mettez Trump ou Bachar El-Assad, ou d'autres... etc etc...).


    5 commentaires
  • " IMAGINE "... Huile sur toile 80X60

     

    - " Imagine, on aura 60 ans en 2017 ...!"

    - " Oui, ok, mais là on est comme deux cons de 20ans à fêter la nouvelle année 78...!"

    - " Tu crois qu'on sera encore des gauchistes en l'an 2000 ...? "

    - " Tu crois qu'on sera encore en vie...?"

    - " J' espère bien voir ce XXIème siècle...! "

    - " Vital Michalon aurait bien voulu aussi...! Putain de superphénix de Creys-Malville...! Dans 40 ans il n'y aura plus de centrales nucléaires, c'est moi qui t'le dis...! Ce seront les gens localement qui décideront de leur énergie. Des éoliennes partout... ! Les moulins faisaient de la farine, maintenant il seront notre lumière...! "

    - " Je vais à Notre Dame des Landes la semaine prochaine. Avec la crise pétrolière Giscard abandonne le projet d'aéroport ... Il y aura une grande fête, tu viens ? "

    - " Et comment...! Imagine, en 2017 il auront complètement oublié ce projet...! Et crois tu qu'ils auront fermé l'usine à cons en 2017 ? "

    - " Euh... oui, je pense, mais c'est pas certain...!"

    - " Merde, tu me fous les boules, on a pas fini de lutter contre ce capital libéralisme alors ? "

    - " On a du pain sur la planche mais en 2017 on aura gagné...! "

    - " A la tienne, et bonne année...! "

     


    3 commentaires
  • " Piano à bretelles " Aquarelle 65 X 50  Chanson: Gilles Servat: " Chanter la vie, l'amour..."

        Le son d'un piano à bretelles arrivait jusqu'à mes oreilles. Des notes sourdes et mélancoliques qui accompagnaient une voix heurtaient mes tympans elles aussi... Ca venait de la petite rue. Ma dérive s'annonçait "positive"... Mon itinéraire du jour depuis mon point de départ ( la sortie du métro) était de prendre la première rue à gauche puis la deuxième à droite, la troisième à gauche, la quatrième à droite... etc. Si je tombais sur une impossibilité ( impasse, travaux ou autre...) je reprenais ( 1ère à gauche, 2ème à droite...etc). Je ne voulais pas me prendre la tête aujourd'hui alors j'avais adopté une règle simple...! J'en étais donc à ma " 6ème à droite " , environ une heure de marche tranquille avec cette bruine continue que j'adorais ( les badauds se font rares dès qu'il tombe trois gouttes et ça m'arrangeait...! ). La voix et l'accordéon étaient de plus en plus audibles, ils réveillaient en moi quelques souvenirs, non pas que je connaissais la chanson, mais ça me rappelait les ambiances des estaminets dunkerquois... il y a déjà pas mal de temps... Et effectivement, d'un vieux troquet comme il n'en n'existe plus beaucoup à Paris, une " chanson gnangnan, et chauvine et vieux jeu " ( comme aurait dit Jean Roger Caussimon ) m'attira comme un aimant et je pénétrais dans le café. Il y avait un client au bar qui ne prêtait aucune attention au musicien, il ne devait d'ailleurs plus faire attention à grand chose si j'en juge au regard vitreux qu'il me jeta avant de reprendre son discours muet avec son verre dont il demanda au patron de renouveler la contenance...! Je commandais une bière du Nord (nostalgie...) et me tournais vers l'artiste, histoire de m'imprégner de sa musique... mais je ne comprenais pas les paroles. Elles semblaient venir d'un monde lointain, de l'est, sa voix rauque me faisait penser à Vladimir Vyssotski... mais il y a 36 ans qu'il est mort...ce n'est donc pas lui !  Le patron me dit qu'il joue dans un petit "cabaret" de Ménilmontant mais qu'il ne doit pas être "complètement en règle"...! Moi je m'en fout des règles, je lui demande une deuxième bière et ce que doit l'artiste. Il avait bu une bière, je lui en offre une autre en le saluant en levant mon verre. Il me répond d'un sourire et reprend son concert... Je l'écoute encore un quart d'heure en pensant au Nord et à Marcel et je m'en vais.

                 IL AVAIT BIEN RAISON Guy DEBORD ...

     


    6 commentaires
  • ROUGE

    Au mois de Mai prochain, fais ce qu'il te plait... Ne t'enferme pas, joue ta partition dans la rue, " Music in the street..." comme disait Léo, dans la rue la musique... sur les places, les trottoirs, les jardins... cueillons les cerises nous-même, personne ne le fera à notre place... Ta guitare est migrante, ton violon fait écho d'un vent d'est, l'oud de Turquie résonne dans ma rue, le qanûm arménien s'accorde à l'accordéon tzigane... Je ne suis pas un "guignol" que les nouveaux marionnettistes des ministères de Mai feront danser de leur musique... j'ai ma propre partition... elle est internationale

    DANS LA RUE LA MUSIQUE ...

     


    4 commentaires