• posté le dimanche 28 juin 2015 18:12

    " Le temps des lilas approchait à sa fin; quelques uns effusaient encore en hauts lustres mauves les bulbes délicates de leurs fleurs mais dans bien des parties du feuillage où déferlait, il y avait seulement une semaine, leur mousse embaumée, se flétrissait, diminuée et noircie, une écume creuse, sèche et sans parfum..." Marcel Proust - A la recherche du temps perdu - Combray

    Ce dimanche la, j'allais avec ma mère à Illiers-Combray, c'était à une vingtaine de kilomètres de Chartres. Quand j'étais adolescent nous allions à vélo jusqu'à Illiers. Ce n'est devenu Illiers-Combray qu'en 1971, en hommage à l'écrivain qui passa ses vacances d'enfance chez sa Tante, Tante Léonie dans "La recherche ..."

    ... Au retour, on prendra peut-être le sentier "du côté de chez Swann", ou celui "du côté de Guermantes"... Si les noms sont imaginaires, les chemins eux, existent peut-être...


    votre commentaire
  • posté le samedi 27 juin 2015 22:23



    " Il n'est pas difficile de peindre une scène ou un motif. Ce qui est difficile, c'est d'exprimer une pensée par la peinture. La pensée est fluide, mais ce que vous appliquez sur la toile est concret, et cette résistance tend à diriger la pensée " Edward Hopper "RIDEAU " aurais-je pu titrer ce petit tableau... ou " Le rideau rouge " Qu'importe le titre d'un tableau... Et j'aime bien "EDWARD"...


    votre commentaire
  • posté le vendredi 26 juin 2015 10:21


    votre commentaire
  • posté le mercredi 07 janvier 2015 22:47




    NE METTEZ PAS DE COMMENTAIRES....

    SOYEZ CHARLIE


    votre commentaire
  • posté le jeudi 11 décembre 2014 19:16




    Je voyais le violon, j' entendais les notes, mélancoliques, frémissantes... comme si l'archet frottait mes nerfs, et que l'âme du violon s'envolait, virevoltait au dessus de ma tête... Je ne voyais que l'instrument, comme si il était autonome, je ne voyais pas le violoniste...


    votre commentaire