• Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°16

     

    DEBUT

    " L'ILE SAINT LOUIS "    huile sur sable sur toile   70X70

     

    Allez, revenons au port, tranquillement...

    Et soyons nombreux à nous amarrer au VRAI progrès

    celui de l'humain et pas celui des comptables ni celui de mes "deux... mairie" rassembleurs nationaux...

    Tirons des bulles de BD et des dessins dans tous les coins

    Chanson: " L'Ile Saint Louis " Léo Ferré

    .


    10 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°15

     

    DEBUT

    "ANGELA"...   Retour vers le futur   en 1989   Huile sur bois  92X73

    Ma peinture date de 1989... 31 ans, et rien ne change ou si peu...

    L'évolution de la conscience vers la sensibilité, contrairement aux calculateurs.

    La lutte continue même après l'élimination d'un clown

    Chanson: Francesca Solleville:" Complainte pour Angela Davis" 1972 


    3 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°14

     

    "Contre jour...génétique"   Petite huile sur toile

     

    C'est un profil que je connais bien.

    Il me parle de ses chats, de ses petites voitures

    Quand je lui demande si ça va, il me répond:

    "Ca va"

    et on invente des jeux

    avec des bonshommes de plastique ou en pain d'épice et puis des quilles à têtes de souris

    et ses coquillages ramenés de la plage

    et les cerfs-volants et les balançoires 

    qu'on met dans son cartable, pour rire, et ces dessins pour rire aussi...

    Puis je me demanderai plus tard si j'ai fait ce qu'il fallait

    La chanson: Léo Ferré: "L'enfance"

     

     


    9 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°13

     

    DEBUT

    "CHARTRES"    Huile sur acrylique sur sable sur toile  91X65

     

    Ma ville, la où je suis né, au pied de cette cathédrale, à cent mètres d'elle, rue Muret.

    C'était alors un vieux quartier, insalubres. 

    Puis aux alentours de mes 6 ans nous sommes allés dans une HLM "resplendissante" rue du Faubourg la Grappe...c'était le paradis. Le paradis des prolos, mais c'était bien, très bien même. Puis vinrent mes 18 ans, et le départ et toute une vie.

    Mais j'ai toujours dans un coin de mon cerveau cette cathédrale que je connais, que je pourrais dessiner les yeux fermés. Elle est immense comme d'autres édifices. Et qui sont ces hommes, ces maçons, tailleurs de pierre, comme l'était mon père, qui l'ont bâtie, qui ont acheminé de Berchères les Pierres ( près de Chartres) ces blocs, "pierre de taille magnifique qui traverse les siècles avec allégresse" (Y.M. FROIDEVAUX), puis les ont hissés jusqu'au sommet de l'édifice majestueux. 

    Mais pourquoi ? Pourquoi tant de peine alors que rien ne change dans la tragédie humaine ? Lorsqu'on écoute "Le christ en bois" comment ne pas penser à ces femmes, ces enfants et ces hommes qui dorment toujours dans la rue...

    Le poème "Le christ en bois" est de Gaston Couté, poète beauceron,

    dit par E. Boyer du Théâtre Sarah Bernhardt (1934 78T Vox Populi DB 805)

     


    8 commentaires
  • Cliquer sur un titre pour faire apparaitre le lecteur correspondant

    TITRE N°12

     

    DEBUT

    " L' an dix mille Lochu, l'an dix mille " huile sur acrylique sur sable sur toile  70X70

     

    Après cette peinture, après cette chanson de Léo

    j'ai pris mon livre, j'ai lu, puis j'ai attendu...

    L' AN DIX MILLE

    Chanson: Léo Ferré: " Les étrangers "


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique