•  

    "... REMETTONS A PLUS TARD... ! "      huile sur acrylique sur toile  65X54

    "... Plus tard, oui... Mais pas trop tard...! "

    " Ne t'inquiète pas... Ils arrivent déjà, par milliers, ils nous rejoignent. Ils apportent avec eux d'autres livres de poètes, d'écrivains, des livres de science aussi, et des couleurs pour nos peintures, de la terre pour les sculptures, des burins, des gouges, du papier. Ils auront aussi des fruits, des légumes et nous replanterons... Il restait deux portraits sur deux affiches dont l'une représentait la haine et l'autre les banques. Ils les ont déchirées et ont demandé aux deux guignols de partir loin, très loin ..."

    " On va pouvoir revenir tous ensemble alors..."


    2 commentaires
  • " IL PLEUT DES CORDES, MONSIEUR... ! "   Huile sur toile  50X61

    - " Il pleut Monsieur, prenez un parapluie...! "

    - " Il pleut, et alors... ?  Quand il pleut c'est comme en politique, les gens se couvrent, ou, comme les fachos, ils se refont une couleur, ils se ripolinent... !  D'autres s'excusent d'avoir marché dans les flaques et disent aux marchants de bombons qu'ils ne recommenceront plus, et puis il y a les autres, "des carottes plein les cheveux "... ! Alors la pluie, si vous saviez comme je m'en fous...

               Je fais un petit "poutou" à "Nathalie" ... et à "Philippe"...!


    6 commentaires
  • " JEUNE FEMME EN BLANC "   Huile sur toile 50X61


    3 commentaires
  • " CARAMBOLE "   huile sur toile 73X60

               Après une manif contre les fachos (oui, ils sont toujours là, à l'affut, s'agrippant à la première élection ...), rien de tel qu'un bon billard...! Mais les billards à trois billes sont de plus en plus rares. Pourtant, au coeur de Belleville, dans une petite rue, un petit troquet avec une affichette sur la vitrine: " ICI BILLARD CARAMBOLE". " sauvé, me dis-je, la nostalgie vient à mon secours..."  J'entre... J'observe les deux joueurs analysant la géométrie formées par les trois billes sur l'impeccable tapis vert. A côté de moi, affalé sur le comptoir, un homme parlait tout seul. Le patron me regarda d'un air désolé en me disant qu'il avait essayé de le faire taire, sans succès...! Il ne me gênait pas, il faisait partie du décor...!

          - " J'suis énervé dit l'homme en me regardant. Les "gens" sont intelligents et pourtant ils ont besoin d'un guide, d'un président, d'un "Môssieu en cravate" , d'un chef...! Il promettra moins d'impôt à untel pour son commerce s'il vote à droite, idem pour le catho qui souhaite que son "pays" retrouve ses origines,  il dira à l'autre de voter à gauche pour faire payer les patrons et à une autre à l'extrême droite pour les mêmes raisons mais avec en plus la fermeture des frontières... " Entre deux "hic" il rajoute: "Et il y a ceux à qui l'on dit qu'il y a trop de fonctionnaires: " faut faire des économies..." des économies sur quoi, les bénéfices des banquiers qui s'en mettent plein leurs poches...? Et moi et moi et moi...? qui pense à moi ...? Moi qui n'ai pas de dieu, qui veut des gens de toutes les couleurs sur les boule "hic" vards, moi qui ne jette la pierre sur "hic" personne (sauf des pavés...), moi qui pense que l'écologie est incompatible avec le capital mais qu'il est capital d'être écologique "hic", moi pour qui le temps  n'est pas de l'argent car l'argent a fait son temps, moi qui pense que ta piscine "hic" est une citerne à diluer tes mots si ternes...  Bref moi qui pense que tu penses "hic" qu'à ta gueule en mettant ton bulletin dans l'urne..." 

         Encore un humaniste perdu dans les profondeurs de la ville tentaculaire pensais-je et il n'est pas le seul...! Son discours (intéressant au demeurant...) m'avait détourné de l'objet qui m'avait attiré dans ce bistrot: la carambole ! Je laissais donc mon "philosophe" et m'approchais des deux joueurs. Leur partie se terminait et l'un d'eux ajustait sa "canne" afin de marquer le 300 ème point, 300 ème carambole qui le déclarera vainqueur...! Encore dans mes pensées je lui proposais une partie en 400 coups au lieu des 300 réglementaires...! Son regard d'incompréhension me fit abandonner mon "projet" , "le règlement c'est le règlement " semblait-il me dire " même pour une partie de carambole ..."     Je me dis alors qu'on était loin de la proposition de mon philosophe de comptoir en ce qui concerne la suppression du " Maitre de l'état "...!


    5 commentaires
  • GILLES SERVAT

     

     

           Dans la rue il y a des gens, des gens qui rentrent chez eux, des gens qui sortent de chez eux, il y en a qui sifflent en marchant lentement tenant à la main un enfant, un enfant qui s'amuse à la vitrine du marchand. Dans la rue des gens vont vite, on les attend au bout de cette rue dans un bureau accueillant, et ceux qui vont à l'usine en reculant... Dans la rue les gens vont se bousculant, s'ignorant et s'excusant à peine, il faut aller vite dans la rue, leur vie en dépend...! Dans ma ville il y a des rues et leurs noms sur des plans, mais pas le nom des gens pourtant j'en connais un, j'en connais deux, j'en connais cent et eux en connaissent un, en connaissent deux, en connaissent cent...! Dans ma rue il y a des fantômes et pourtant en les croisant les gens passent en s'écartant: ils sont étranges les gens dans la rue mais peut-être n'existent ils pas ...? Il n'y a qu'elle, pas une passante, mais une migrante...!

     

        La chanson illustrant ma peinture et mes "mots" a été écrite et interprétée  par Gilles Servat en 1982... C'est vrai, c'est vieux 35ans, "beaucoup de problèmes sont résolus"...! Et bien non, je ne crois pas.  Remplacez les noms et les lieux ( par exemple à la place de Plogoff mettez Notre Dame des Landes, ou Sivens, pour Reagan mettez Trump ou Bachar El-Assad, ou d'autres... etc etc...).


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique