• " Nuit blanche à la Maison des Métallos..." Aquarelle 58X38

    posté le mardi 08 octobre 2013 21:06


    Dans la rue OBERKAMPF il y avait foule. Je voulais m'arrêter au café Charbon, mais ce n'était même pas la peine d'y penser... La grosse voiture noire devant moi freina brusquement et commença une marche arrière en stoppant au ras de ma voiture. Un homme en descendis, le regard noir et vint jusqu'à ma portière. Ma vitre était ouverte, cette nuit d'octobre était très douce. J'entendais et je voyais les musiciens juchés sur le petit balcon du café. " Alors vous n'avez pas vu mes feux de recul...? " . Je me penchais en regardant à l'arrière et lui indiquais avec mon pouce qu'avec toute la bonne volonté qui me caractérisait, il m'était impossible de reculer d'un centimètre... Je voulais ajouter que l'emplacement qu'il convoitait était une sortie de garage ... mais devant ses yeux exorbités, je me suis abstenu... Il hésita une seconde qui me parut une éternité et regagna sa voiture. Par cette douce nuit d'automne et de liesse,il aurait été dommage de rentrer chez moi avec des "oreilles de mickey", pensais-je...Une perle de sueur coulait sur ma tempe. Je dis adieu au café Charbon avec regret et décidait de rouler jusqu’au Boulevard de Belleville. De là je redescendis par la rue J.P.Timbaud. C'était plus calme, je trouvais à me garer. J'étais devant la Maison des Métallos. C'était un ancien haut lieu du syndicalisme, dirigé par l'Union Fraternelle des Métallurgistes, une branche de la CGT. L' UFM fut contrainte de vendre en 1997 et le bâtiment, convoité d'abord par les voyous de promoteurs, fut racheté par la mairie de Paris qui le transforma en maison culturelle. Cette nuit c'est un artiste américain qui en investit les lieux. Il y présente " The Mouvement of People Working ", une série de films tournés entre 1973 et 2010 dans les zones reculées de nombreux pays, et dépeignant le travail quotidien des habitants, en focalisant sur les mouvements et les gestes qui se trouvent ainsi sublimés tel une chorégraphie. En regagnant ma voiture, je me disais que même pendant mes jours de repos mes pas me conduisaient vers le monde du travail... A quelques mois de la retraite, une"psychose" doit germer en moi... Sur la portière droite et jusqu'à l'aile arrière une nouvelle et belle rayure ornait ma vieille Peugeot... " Bah, pas grave... "

    « " LA SIRENE DU GRAND CLAIR..." Aquarelle 38X56 " Nuit blanche avec Albert..." Aquarelle 38X56 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :