• " DIPTYQUE DE CHARTRES A L'HOMME EN NOIR. " huiles sur toiles 2 X ( 50x40 )

    posté le samedi 25 août 2012 12:12




    Il faisait très chaud ce samedi 18 aout et les escaliers du Tertre Saint Nicolas à Chartres étaient aussi durs que ceux de la butte... la misère en moins. Enfin c'est ce que je croyais. Je prenais des photos comme toujours, partout... comme un touriste.

    Mais moi j'étais de cette ville comme on est de quelque part: j'y suis né. Pas loin de ce tertre d'ailleurs, rue Muret à deux cents mètres. L'école maternelle Francine Coursaget, face à l'église Saint André à quelques pas, avait pour moi le gout du lait chaud, mais je ne me souviens plus à quel moment on le buvait, avant ou après la sieste... Ma mère faisait l'aller et retour 4 fois par jour jusqu'à cette maternelle... Si vous connaissiez un peu la rue Muret, la rue Chantault, et ce tertre vous pourriez à juste titre dire qu'elle était au point pour les jeux olympiques... Mon père était également de ce quartier chartrain, rue Saint Julien, comme un barreau entre ces deux rues très pentues. Tout en haut de ces trois artères chartraines, la prison de Chartres, rue des Lisses, fait " tache " ... Cette rue est peu fréquentée par les touristes... Du minuscule logement qui a vu mes premières années, on peut voir la prison. Comme une boule dans ma gorge.

    Mon appareil photo en bandoulière, je "mitraillais" tout ce que je voyais autour de moi: l’église Saint André, l'Eure, le tertre... J'avais déjà "deux milliards" de ces mèmes photos ( c'est ce que me disait Olga les deux ou trois fois par mois ou nous venions à Chartres chez ma mère ) mais c'était convulsif, comme si ces photos allaient m'apprendre quelque chose de nouveau, ou comme si j'allais oublier un souvenir et qu'il fallait que je le fixe. En fait, je lui disais qu'elles me serviraient pour mes futures peintures... J'en pris une avec l'homme en noir devant moi. La chaleur caniculaire, cette lumière, ces couleurs, semblaient accabler cet homme qui gravissait les marches péniblement. Je le laissais continuer l'ascension, tandis que je franchissais une petite porte sur la gauche qui donnait sur le jardin de l’Évêché surplombant la vielle ville. Au dessus de moi s'élevait l'édifice immense aux pierres séculaires. Je montais sur la deuxième terrasse du jardin pour me retrouver au pied de cette cathédrale. En sortant du jardin j'entendis des rires s'échappant d'une fenêtre du troisième étage d'une des vielles maisons qui faisaient face au Portail Nord. Ces bâtiments d'un autre temps étaient maintenant rénovés, et je me disais que cinquante ans plus tôt c'était peut-être les rires de mes parents que les touristes auraient entendu à deux cents mètres de là, rue Muret ... mais je n'en suis pas sûr d'autant qu'à cette époque il y avait moins de touristes et que surtout les logements de la vieille ville étaient loin d'être rénovés ( je me souviens de notre joie à tous lorsque nous avons déménagé pour une HLM rue du Faubourg la Grappe ). La chaleur étouffante et la soif me ramenèrent au présent sur ce parvis en ce mois d'aout 2012. J'entrais dans le café en face de la Flèche Nord. Sur le journal de ce matin on y indiquait l'exposition d'un peintre local. C'était en fait le but de ma sortie de cet après-midi. Je commandais une bière au comptoir en regardant autour de moi les œuvres exposées. Malheureusement, au premier coup d’œil la manière de l'artiste et les sujets présentés ne m'inspiraient pas beaucoup. Je fis signe au serveur que je désirais déguster ma bière à l'extérieur ce qui ne lui posa pas de problème. J'étais assis en face de la " Grande Dame ". Devant moi l'horloge astronomique indiquait l'heure, les phases de la lune et les signes du zodiaque depuis 1528. Combien de passants ont levé les yeux vers ce chef-d’œuvre et, comme hypnotisés par ce soleil d'artifice, décidèrent d'entrer dans l'antre mystérieux ? Pour moi, rien de mystique, simplement la beauté, l'immensité, l’incommensurable, et la curiosité, l'envie de comprendre le "pourquoi et le comment cela fut possible " m'attirent une nouvelle fois à l'intérieur. La fraicheur du lieu me laisse sceptique quant à la ferveur catholique, l'amour de l'art, etc...de tous ces touristes: je n'avais jamais vu autant de monde à l'intérieur de la cathédrale. Devant moi deux jeunes filles plongèrent leurs doigts dans un bénitier pour se signer et voyant qu'il était vide se regardèrent, surprises: même à l'intérieur de ce sanctuaire c'était la sécheresse, pas de miracle. Je souriais à leur déconvenue, et je me disais que s'il y avait eu un distributeur de bières, il aurait eu un énorme succès... Il y avait un mariage, et les orgues jouaient une musique venue d'un autre temps. Deux moines, d'un autre temps également, marchaient d'un pas rapide, la tête baissée, les mains jointes sans se soucier de leurs ouailles. Je pensais alors à Émile Combes et à son déjeuner... Soudain mon regard se fixa sur un homme assis sur une chaise. Je me rapprochais de lui et, de toute évidence ce n'était ni un touriste ni un invité de la noce. Ses habits n'étaient pas de première jeunesse. Il se redressait droit sur sa chaise, les yeux fermés et se recroquevillais soudain, Si la musique jouait pour quelqu'un, il me semblait que c'était pour lui, et qu'il était le seul à mériter cette beauté. Je le reconnu: c'était l'homme qui était devant moi sur le tertre et qui avait trouvé dans ce lieu un asile ou cacher sa misère...

    « " LA PLAGE AUX CHROMES ANTIQUES ... ! " Aquarelle 56 X 76" LE RAPIN DU MATIN " Aquarelle 56 X 76 »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :